14

J’habite le quartier de la gare de l’Est. Dans les brasseries et les restaurants, on y retrouve aussi bien les habitants du quartier que les touristes. Avec les trains, il y a du va-et-vient. Les hôtels sont chics dans ce coin-là. La gare du Nord, c’est moins cher. Les hôtels, je connais bien. J’ai vécu un an à l’hôtel.
Aujourd’hui, j’habite rue des Vinaigriers. Pour aller chez moi, je passe devant l’église Saint-Laurent, mais je n’y suis rentrée qu’une fois, à Pâques, pour les rameaux. En passant près du parc à côté, il faut faire attention, il y a des clochards et des Roumains qui campent.
Au bout de la rue, passe le canal Saint-Martin. Il y a toujours beaucoup de monde. J’aime bien. Les week-ends, les gens s’assoient au bord de l’eau. Moi, je vais sur les bancs, regarder.
Rue des Vinaigriers, il y a une boulangerie, une pharmacie, un coiffeur, un PMU, un plombier, un imprimeur, des hôtels, des immeubles et six ou sept restaurants. Et, juste en face de chez moi, il y a La Paella. C’est un restaurant de spécialités espagnoles. J’y vais presque tous les jours. J’y vais seule, mais je connais Sophie, la serveuse qui vient de partir un an comme jeune fille au pair aux États-Unis. Elle s’y plaît bien, il paraît. Elle a une voiture à elle chez ses employeurs. C’est Dorothée qui la remplace. Elle est à l’essai, mais elle a l’air de faire l’affaire. Elle va sûrement rester. Il y a aussi le cousin de la famille qui est serveur et qui ne parle pas français. C’est pas facile. À La Paella, ils travaillent en famille. C’est chaleureux et c’est pas cher. 1 euro le café au bar. Ça fait deux ans que je suis une cliente régulière, depuis que j’ai ma chambre en face.
Quand j’étais enceinte, je faisais la manche pour payer l’hôtel et à la naissance de ma fille, j’ai eu un peu d’argent. J’ai été en famille d’accueil et puis j’ai eu l’appartement. C’est une chambre de bonne. Pour dormir je suis bien, mais je n’aime pas rentrer trop tôt. Je m’arrange pour traîner un peu. Je n’ai rien à faire chez moi. Et pour manger, ce n’est pas agréable, c’est si petit.
Je vais au restaurant grec, boulevard Magenta, à côté de la boulangerie et du magasin de location vidéo. C’est pas cher. 1,80 euro les frites. Les frites, c’est pas cher. Le sandwich, il est à 5 euros. J’en prends pas. Je ne mange pas tellement de toute façon. Je fais attention à ma ligne. Il faut que je maigrisse, que je mange de la salade. Mais, ils n’en font plus de salade au Mac Donald’s de la gare de l’Est. Je ne sais pas pourquoi.
Au Mac Donald’s et au Quick, c’est là que je suis le plus souvent. Quand je m’ennuie, c’est là-bas que je vais m’attarder. Ce n’est pas la même ambiance que les bars-tabacs. On n’y boit pas d’alcool, c’est pas cher et on peut rester longtemps. Si on consomme une fois, on peut rester le temps qu’on veut. C’est au Quick que j’ai rencontré mon amie Monique. On a le même âge, la cinquantaine. Elle travaille chez un kiné à la porte de Pantin. On a l’habitude de se retrouver au Quick les week-ends. Parfois, on va ensemble jusqu’au Mac Donald’s de Denfert-Rochereau.
Je l’ai encore croisée, il y a deux jours au Quick de la gare de l’Est. On y est restées quelques heures. Et comme il n’y avait plus de salade, on a pris une glace.

 

Marcelle

lien permanent

 

Site généré avec LoGz(B) 2005 by Loz http://www.logz.org, Copyleft Licence Art Libre | site map
nombre de requêtes 11