Je suis d’origine normande et portugaise, avec des ancêtres berbères. Je suis française. Pour des raisons économiques, j’ai toujours vécu en banlieue, mais je suis actuellement logée dans le Marais.
Ça me convient de vivre dans une ville dont l’architecture est magnifique. C’est important pour moi d’avoir de belles choses sous les yeux. Mais il y a tant de monde à Paris que c’est difficile d’avancer. Et puis c’est le lieu de la tentation. Dans les rues, les passants regardent les magasins, rentrent dans les boutiques. Acheter, acheter, acheter. Tout coûte. J’aimerais être quelqu’un de moins dépensier. C’est douloureux. Comment trouver sa place dans la ville quand on ne travaille pas ? Ça dévalorise, rend inférieur aux autres. La consommation n’est pas la liberté, c’est un fléau, un cauchemar. L’aliénation.

Je connais encore mal les rues de Paris, mais je peux parler de ce jardin à côté du Centre de jour où se dresse la tour Saint-Jacques. C’est un square paisible où les arbres m’évoquent énormément de choses. Les arbres, c’est sage, ça ne bouge pas. C’est statique, silencieux, une forme de perfection. Je ne suis allée qu’une ou deux fois dans ce jardin, mais c’est un lieu qui reste présent dans mon imaginaire.

Circulation, parcours. J’ai eu un parcours difficile, ce pourrait être le mot de la fin.

 

Flore

lien permanent

 

Site généré avec LoGz(B) 2005 by Loz http://www.logz.org, Copyleft Licence Art Libre | site map
nombre de requêtes 11