15

Je me promène beaucoup dans le quartier de l’Hôtel-de-Ville. Je déambule rue des Archives, rue François-Miron, place Saint-Gervais, rue de Rivoli, rue du Roi-de-Sicile, rue de la Verrerie, rue des Blancs-Manteaux, place des Vosges, rue et place du Bourg-Tibourg, rue Pavée, rue des Écouffes, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, place Baudoyer avec la caserne Napoléon où j’ai vécu pendant dix ans grâce à mon père, gendarme à la garde républicaine. On était au premier étage avec vue sur la place. Le petit commissariat n’existe plus.
Mon enfance, je l'ai passée dans des casernes. Je suis né à la caserne Babylone et j'y ai vécu les six premières années de ma vie. Par la suite, on a déménagé et on a vécu place Baudoyer pendant près de dix ans. Je crois que c'est l'appartement que j'ai préféré. C'était un grand trois pièces avec une belle hauteur sous plafond et une mezzanine, situé dans un immeuble haussmannien. Un bel endroit. On a aussi habité au quartier Schomberg garde républicaine, quai Henri-IV.
C'est spécial la vie de caserne, il faut aimer. On vit entouré d'officiers. Quand j'étais enfant et que je faisais du bruit, on se faisait engueuler par les voisins militaires. Dans une caserne, les entrées et les sorties sont surveillées. On est libre de circuler, mais un militaire ou un système électronique, comme il y en avait à Schomberg, contrôle les va-et-vient. La caserne, c'est spécial, mais moi, je m’y plaisais. Si mon père n'avait pas été militaire, on n'aurait jamais pu vivre dans ces quartiers. Le 4e, le 7e... On a eu de la chance. Et comme j'ai eu cette chance, j'aurais aimé la garder. Mais un jour, on nous a proposé un logement à Nanterre. Il n'était pas question qu'on y aille, ma mère et moi. La nouvelle vie a alors commencé dans des studios de location. La déprime a commencé à ce moment-là. J'en ai voulu à mon père, même si je sais que ce n'était pas sa faute, mais un ordre hiérarchique. C'est le problème avec l'armée, elle ne laisse pas le choix.

J’habite avec ma mère aujourd'hui, dans le 15e arrondissement, du côté de Montparnasse. Ce n’est pas les quartiers chics que j'affectionne. Ce que je veux, c'est vivre dans Paris, au meilleur de Paris. J'en ai fait l'expérience et j'y ai pris goût.

 

David

lien permanent

 

Site généré avec LoGz(B) 2005 by Loz http://www.logz.org, Copyleft Licence Art Libre | site map
nombre de requêtes 11