Jean Ayme

Médecin psychiatre

 

« Je rencontre Bonnafé aux assemblées générales du syndicat des psychiatres. Il était membre du premier conseil syndical qui s’est créé à la Libération, avec pour chef de file Daumezon. Dans le combat syndical, ses interventions sont toujours pleine d’enthousiamse. Oury disait que notre grand poète psychiatrique c’est Bonnafé. À mes yeux, il faisait partie de ce que j’ai appelé les quatre mousquetaires, c’est-à-dire les éléments les plus actifs de la transformation institutionnelle : Le Guillant, Follin, Bonnafé et Daumezon, les trois premiers étaient membres du Parti Communiste, Daumezon, tout en etant compagnon de route, n’était pas au PCF. Et puis il y a eu Tosquelles que je découvre un peu plus tard avec qui nous avons des points de convergence puisqu’il avait été militant du P.O.U.M. pendant la Guerre d’Espagne, et c’est sur cette base que nous allons nous retrouver. Ainsi qu’avec Jean Oury qui avait eu un parcours similaire mais dans le cadre des Auberges de Jeunesse. Dans les AJ, il y avait à la fois les collègues du PC, les anarchistes et les troskistes. Un clivage important qui marque les auberges de jeunesse et la vie politique française avant et après la Libération. » 

lien permanent

download

Qui suis-je?

lien permanent

download

Psychothérapie institutionnelle

lien permanent

download

Recontre avec Bonnafé

lien permanent

download

Dans les bureaux, sur les tréteaux

lien permanent

download

Le syndicat

lien permanent

download

Traversée du désert

lien permanent

download

Désaliénisme

lien permanent

 

Site généré avec LoGz(B) 2005 by Loz http://www.logz.org, Copyleft Licence Art Libre | site map
nombre de requêtes 11