Lucien Bonnafé > Écoutes et échos autour du désaliénisme et de "la psychiatrie de ruines"

bonna43

Le cours de la tomate

 

« Rien ne lui était étranger », nous a-t-on dit de Bonnafé, et en effet, c’est de là que nous sommes partis en réalisant ce travail, suite à une première rencontre avec lui il y a dix anx (L'art de la rencontre). Nous avons cherché à donner écho à ces liens sans cesse tissés entre le plus d’univers possibles, à ce langage qui reliait l’histoire, la poésie, la politique, la philosophie, la psychanalyse et tout ce qui peut multiplier les occasions de pensée et d’écoute : et d’abord le monde et la vie tout court (le cours de la tomate dans la vallée du pô, un match de rugby, une part de gâteau recoupée indéfiniment autant de fois qu’il y a de convives, un petit whisky « comme le bon dieu l’a fait », sans glaçon - pas à la manière des coloniaux…).

Au cours de cette année, nous avons rencontré ceux qui avaient connu, croisé, ou simplement entendu parler de Bonnafé, et cela dans différents services de psychiatrie d’Ile-de-France : à Bondy, Corbeil, Paris-Centre. Plusieurs travaux sonores déclinent à la fois l’histoire d’une pratique et un héritage possible dans Le secteur impossible. Il y a aussi Nous immense, écho à plusieurs réflexions de Lucien Bonnafé, où chacun prolonge, dévie, commente des phrases du psychiatre désaliéniste. Chacun, au détour de notre recherche, nous a raconté un parcours, et dans Les témoins des proscrits, on trouve toutes les pièces manquantes aux contributions données. Lucien Bonnafé, établi à partir des témoignages recueillis, est un portrait décliné en 5 possibilités : La guerre (Saint-Alban), le désaliénisme (avec les mots), la personnage du psychiatre (les contemporains), l'hôpital (les baraques) et le jardin (la maison). Et puis, un combat jamais abandonné par Lucien Bonnafé, à la croisée des enjeux clinique, politique et poétique, pour les infirmiers et la reconnaissance d'un potentiel longtemps étouffé, en écho à « cette parcelle d'amorphe inconnue » soulevée par René Char : les infirmiers racontent l'invention d'un métier dans Sur la ligne de front.


Bonne écoute
---> En utilisant de préférence le navigateur internet "safari" ou "firefox" : http://www.firefox.eu.com/fr/


lien permanent

pages 1 (2)
Un projet de LA MAISON DE L'ARBRE / www.armand-gatti.org / 01 48 70 00 76 / 9, rue François Debergue 93100 Montreuil
Site généré avec LoGz(B) 2005 by Loz http://www.logz.org, Copyleft Licence Art Libre | site map
nombre de pages visitées: 1845768 | nombre de requêtes 11